Notre départ au Canada : l’expérience du PVT


PVT CANADA / lundi, mai 20th, 2019

Si tu nous connais un peu, si ce n’est pas encore le cas, file lire notre rubrique À propos, tu sais que Maxime et moi avons notre propre vision de la vie et du travail. On a beaucoup de mal avec les expressions telles que « réussir dans la vie », « métro, boulot, dodo » ou encore « il faut que tu travailles pour ta retraite ». On s’est toujours plus ou moins senti « à part » dans notre façon de voir le monde. 

À l’heure où je te parle, on approche tout les deux des 30ans. Beaucoup de gens autour de nous commencent à nous inonder de questions classiques auxquelles tu as inévitablement droit passé les 25ans : « T’as trouvé un CDI ? », « Alors, c’est pour quand le bébé ? », « Et le mariage ? Les 30ans approchent à grands pas hein ! » etc. 

Ça faisait déjà quelques mois qu’on avait en tête d’aller voir ce qu’il se passait ailleurs. On avait tellement eu un coup de cœur pour l’Islande qu’on s’était même renseigné pour aller vivre là bas. Depuis notre road trip en Mai 2018, l’Islande restera à jamais notre pays de cœur mais le coût de la vie en Islande est beaucoup trop élevé pour envisager d’y vivre. 

Et puis il y a quelques mois, je suis tombé par hasard sur une vidéo YouTube à propos du PVT. Je ne savais absolument pas ce que c’était. Et de fil en aiguille, je me suis retrouvé à lire des articles de blogs et à visionner des vidéos sur le PVT, plus particulièrement le PVT Canada.

On en a discuté une fois. On a prit du recul sur nos vies, sur notre travail, notre entourage etc. Et puis on s’est dit « aller, on tente l’aventure ». Un mois et demi plus tard, on était inscrit pour le PVT Canada.

Le PVT qu’est ce que c’est ?

Le PVT signifie Programme Vacances Travail.

En ce qui concerne le PVT Canada, c’est un visa qui te donne le droit de vivre, de travailler et de voyager sur le sol Canadien pendant une durée maximale de 2 ans pour les Français et un an pour les Belges.

Conditions pour l’obtenir :

  • Avoir entre 18 et 30 ans au moment de la demande (les PVT Canada et Argentine sont accessibles jusqu’à 35ans)
  • Avoir un passeport valide

Pourquoi avoir choisi le PVT ?

Il y a plusieurs façons d’aller Canada : 

  • Partir dans le cadre de ses études
  • Partir faire un stage
  • Obtenir un contrat de travail (CDD ou CDI)
  • Partir dans le cadre du PVT
  • Partir en tant que Au pair
  • Partir faire un chantier international

Notre choix s’est tout de suite porté sur le PVT du fait de sa simplicité. Il est très dur à obtenir mais une fois obtenu, tu peux faire ce que tu veux sur le territoire pendant deux ans. Libre à toi de travailler ou non, de voyager ou non ou d’allier les deux. 

Pourquoi le Canada ?

Le Canada est un pays qu’on a toujours eu envie de découvrir. Mais de là à décider d’aller y vivre… Ça ne nous été jamais passé par la tête. Jusqu’à ce qu’il y a quelques mois. On s’est dit « tiens, pourquoi pas le Canada ?! C’est bien situé, les gens ont l’air chaleureux et ça parle Français ! ». « Aller, on tente le coup, on verra bien où le vent nous mènera ».

On s’est inscrit au tirage au sort en ayant en tête que les chances d’être tiré au sort étaient minimes. Chaque année, il y a toujours beaucoup plus d’inscrits que de places disponibles. Cette année, nous sommes un peu plus de 20 000 inscrits pour 9000 places disponibles ! 

Et pourtant. On a été tiré au sort. Et tout les deux ! 

Notre expérience et nos sentiments pendant les démarches : 

Maxime a été tiré au sort deux semaines après le début des tirages au sort. Moi non. 

Les semaines ont passées. Maxime a effectué toutes les démarches administratives pour l’obtention du PVT suite à son tirage au sort. De mon côté, je me suis renseigné sur le permis conjoint de fait. 

C’est d’ailleurs Wendy, du blog Homemilesaway qui m’a gentiment renseigné sur le sujet et qui m’a énormément rassuré et éclairé sur toutes les démarches, que ce soit concernant le PVT ou le permis conjoint de fait. Je te laisses donc le lien de son article si tu veux en savoir d’avantage. 

On s’était donc résolu à partir au Canada. Maxime avec son permis de deux ans et moi en tant que touriste avec l’objectif d’obtenir le permis conjoint de fait une fois arrivé là bas. Le hic, c’est que je n’avais droit de rester que 6 mois sur le territoire. Pour que je puisse rester plus longtemps, il aurait fallu que Maxime trouve un emploi dés son arrivée. C’était la seule solution que nous avions. On avait accepté la situation et on était prêt à tenter le coup. Dans le pire des cas, Maxime ne trouvait pas de travail et je revenais dans 6 mois, mais au moins, on avait essayé. 

Et puis un matin, fin Avril, je me réveille, je vais voir mes mails comme à peu prés tous les jours et là, qu’est ce que je vois… un mail du CIC Canada qui m’informe qu’un message m’attend sur mon compte. Ni une ni deux, je fonce sur le site, je me connecte, je bug 1 ou 2 minutes… Il était là. Le message tant attendu : « Vous avez reçu une invitation ». J’ai bien mis 30 minutes à réaliser que je venais de recevoir une invitation à présenter mon dossier dans le cadre du PVT Canada. 

« Un sac à dos, une valise et notre petite boule de poils sous le bras » 

À l’heure actuelle, j’ai effectué mes données biométriques, mon dossier a été validé et j’ai reçu ma lettre d’introduction. On est plus que jamais prêts !

En attendant, on a continué notre vie. Maxime a décroché un CDI en Mars, moi j’ai toujours mon travail. Et pourtant, dans quelques mois, on laisse tout ça derrière nous et on s’envole pour l’inconnu. Le départ est prévu pour le 7 Septembre prochain. 

Ça a tellement facilité les choses que je sois également tiré au sort. Maxime n’a plus la pression de devoir trouver absolument un emploi pour que je puisse rester. On part l’esprit tranquille avec une valise, un sac à dos et notre petite boule de poils sous le bras. On ne sait pas ce qui nous attend là bas, on ne sait pas trop dans quoi on se lance ni même si on trouvera un logement ou un emploi, mais on y va. On préfère essayer et se planter que de laisser la peur de l’inconnu nous contrôler et de le regretter dans quelques années. 

Cependant, on ne te cache pas que depuis, nos journées et notre humeur vacillent entre excitation et peur. Il m’arrive souvent de me réveiller le matin et de me poser tout un tas de questions : « Lâcher un CDI pour l’inconnu, vraiment ? », « Tout abandonner pour tout recommencer ? », « Et si ce qui t’attends là bas ne te plait pas ? », « Et si tu idéalisais un peu trop la chose et que tu tombais de haut une fois arrivé là bas ? », « Et si les gens auxquels tu tiens te manquaient trop ? ».

À chaque question que je me pose, j’essaye de trouver une réponse. Une réponse qui ne me fera pas reculer, qui ne me fera pas remettre en question mon départ. 

Putain, est-ce que je ne suis pas entrain de faire une belle connerie ? – Si tu ne le fais pas, tu regretteras.

Lâcher un CDI pour l’inconnu, vraiment ? – C’est qu’un travail. Je sais qu’en France, un CDI c’est un peu le graal, la chose qui permet de crier haut et fort que tu as “réussi” dans la vie, mais c’est pas du tout notre façon de voir les choses. Se crever la santé pour remplir les poches des employeurs et pour ne gagner qu’un smic, non merci. On préfère de loin gagner moins et être heureux au travail. Le CDI n’est pas du tout notre objectif de vie. La preuve, Maxime est sur le point de laisser tomber le siens. 

Tout abandonner pour tout recommencer ? – Combien de personnes ont la chance de pouvoir tout quitter pour tout recommencer ? Fonce. 

Et si ce qui t’attends là bas ne te plait pas ? Et si tu idéalisais un peu trop la chose et que tu tombais de haut une fois arrivé là bas ? Et si les gens auxquels tu tiens te manquaient trop ? – Tu reviendras. Tu auras essayé au moins. 

Je ne te cache pas que nombreux sont les jours où je me dis « Putain, est-ce que je suis pas entrain de faire une belle connerie ? ». À chaque fois que cette question m’effleure l’esprit, j’essaye de me souvenir que j’ai eu la chance d’être tiré au sort. Que certains sont inscrit depuis des années, attendant encore et toujours ce mail du CIC le coeur plein d’espoir et que nombreux sont ceux qui aimeraient avoir cette chance de partir à l’aventure. 

Tu l’auras compris, on est tellement heureux d’avoir été tiré au sort, on a même encore parfois du mal à réaliser que dans quelques mois, on part à 6000km, loin de tout et de tout le monde. Plus aucun repères, plus aucune personne sur qui se reposer, tout à recommencer, tout à découvrir. Comme l’impression que le monde s’ouvre à nous, qu’on est libre d’aller où on veut, de faire ce que l’on veut et d’être qui l’on veut. 

C’est pas tous les jours facile. La peur nous envahie souvent mais dans ces moments, on essaye de se rappeler qu’on a qu’une vie et qu’on a une chance incroyable !

J’espère sincèrement que cet article t’auras un peu éclairé sur ce qu’est le PVT et qui sait, peut-être qu’il t’auras aussi donné envie de te lancer dans l’aventure ! Si tu as des questions, n’hésites pas à les poser en commentaires, je ferais de mon mieux pour y répondre 🙂

 

Une réponse à « Notre départ au Canada : l’expérience du PVT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *