Notre arrivée au Canada : des premiers jours difficiles


PVT CANADA / vendredi, septembre 20th, 2019

On y est. Ça fait des mois qu’on attend ce jour. Le 7 Septembre 2019. 

Il est 6h du matin, les valises on été bouclées hier soir à 23h, on court partout, on est en retard pour l’aéroport, mais on se dit que dans quelques heures, on sera enfin au Canada. 

8h45 : On arrive à l’aéroport Charles de Gaulle. On se dépêche d’apporter nos valises. La dame au guichet nous dit qu’on est en retard, qu’il nous reste 5min pour enregistrer nos bagages, elle accepte tout de même de prendre nos valises. Heureusement qu’on avait fait le check-in en ligne… 

9h : On attend tranquillement notre vol qui est prévu à 9h50.

9h30 : On nous annonce que le vol aura 1h de retard. Dakota est assez nerveuse. C’est la première fois quelle est enfermée dans un sac de transport. 

11h : On décolle enfin de Paris. Les 8h de vol sont assez longues. Je réussi un peu à dormir. Maxime pas du tout. Pour ce qui est de Dakota, c’est pas deux trois turbulences qui vont l’a perturber. Elle a dormi tout le long. 

14h30 heure locale : On atterri à l’aéroport de Montréal. On récupère nos bagages et on file à l’immigration. 

Le passage aux douanes n’a duré que quelques minutes. Tu remplis tout d’abord un petit questionnaire sur un écran. Suite à ça, un agent de l’immigration vérifie que tout est bon et te demande dans quel but tu viens au Canada. Puis tu passes à l’immigration. 

Tu présentes ton PVT, ton attestation d’assurance et ton passeport. Tu patientes sagement une petite dizaine de minutes et on te rappelle pour te donner le fameux sésame : ton permis de travail ! 

15h : On appelle un Uber pour rejoindre notre Airbnb qui se situe à LaSalle (à 30min du centre de Montréal). 

Charles, notre hôte, nous accueille. Le Airbnb est vraiment cool. On s’y sent vraiment bien. 

SEULS FACE À LA RÉALITÉ :

On pose nos valises et puis d’un coup, on réalise… On est à 6000km de chez nous, loin de nos proches, dans un pays et une culture qu’on ne connait pas.

Nombreux sont les PVTistes qui ont déjà de la famille ou des amis ici. Ça aide beaucoup les premiers jours, je pense. Malheureusement, on ne connait personne ici. On est donc face à nous-même et pour le moment, on a beaucoup de mal à se réjouir. 

17h : En France il est 22h. Avec les 8h d’avion et les à peu prés 15h de trajet, on est crevé. On décide de se coucher. 

3h du matin : En France il est 9h. On est réveillé, les yeux grands ouverts. Impossible de les refermer. On se lève. 

On a toujours pas le moral. Nos proches nous manquent. On décide d’aller prendre le petit-déjeuner au Starbucks du coin. On se rend compte qu’on est vraiment seuls et qu’il va nous falloir un temps d’adaptation. Et pour couronner le tout, il pleut depuis notre arrivée. Anne-So qui disait qu’il ne pleuvait que très rarement à Montréal… (d’ailleurs, fonce découvrir son blog, il est vraiment top. Et je ne dis pas ça parce que c’est une Lilloise  🙂 ).

L’APAISEMENT  ET L’ENTHOUSIASME :

À l’heure où j’écris cet article, ça fait une semaine et demie qu’on est arrivé à Montréal et ça va beaucoup mieux ! Le soleil brille (un jour sur deux) et on a dépassé le petit blues des premiers jours. On se sent tellement chanceux d’être ici !

D’ailleurs en quelques jours, on a pu remarquer certaines choses :

  • Pas une seule fois on ne s’est senti en insécurité ! Et ça, c’est génial. Que ce soit le jour ou la nuit, on ne s’est jamais senti oppressés. Chacun fait sa petite vie sans embêter personne. Ce qui malheureusement, n’est pas le cas en France.
  • À Montréal (et aux Etats-Unis en général je pense), personne ne te juge. Tu peux être qui tu veux, t’habiller comme tu en as envie, tout le monde s’en fiche ! Et ça, c’est vraiment cool. En France, pour le peu que tu portes un vêtement qui sort un temps soit peu de l’ordinaire, on te dévisages. Ici, tu fais bien comme tu le sens.
  • Le stress à la Parisienne, ça n’existe pas ici. Montréal à beau être une très grande ville avec plus de 1,7 millions d’habitants, ça ne fourmille pas de partout. La répartition des quartiers est tellement bien faite que les gens ne sont pas concentrés dans un seul et même endroit. De ce fait, les rues sont calmes. Et il y fait tellement bon vivre ! C’est incroyable. Personne ne cours partout, personne n’est stressé. Ça fait vraiment du bien.
  • À Montréal, une fois de plus, tu peux être qui tu veux et faire ce que tu veux. C’est vraiment l’occasion de laisser parler ta créativité et tes talents. C’est l’endroit parfait pour se recentrer et s’essayer à de nouvelles choses ou faire enfin tout ce qu’on avait pas le temps de faire avant.

Et pourtant, malgré tout ça, notre coeur est resté en France.

Je vais te confier quelque chose : à chaque fois qu’on prévoit quelque chose, ça ne se passe jamais comme on le croit. C’est pour ça qu’on improvise beaucoup quand on part en voyage. C’était le cas en Islande par exemple où on a juste loué une voiture et où on est parti faire le tour du pays, sans but précis. Juste celui de découvrir et de se laisser surprendre. À la base, on était censé arriver à Montréal le 7 Septembre, rester en Airbnb 15 jours le temps de trouver une voiture et un appartement et finalement… on a rien fait de tout ça. 

Ne sachant pas si on reste ou non, on a finalement décidé de prendre un autre Airbnb du 25 Septembre au 30 Novembre et de louer une voiture jusqu’au 30 Novembre aussi. Notre premier Airbnb se termine le 21 Septembre. Du 21 au 25 Septembre, on part dans l’Est, vers Tadoussac en passant par Trois-rivières, Lévis et Québec pour aller voir les baleines. Puis on reviendra en allant vers le Nord vers Saguenay et le Lac Saint-Laurent. 

On se laisse donc jusqu’au 30 Novembre, avant que l’hiver n’arrive, pour se décider. 

Alors oui, on pourrait essayer de trouver un travail, histoire de rencontrer des gens et de se fondre un peu plus dans le mode de vie Québécois mais on s’est finalement dit que si jamais on décidait de rentrer en France, on avait envie de vivre ces trois mois à fond et de voir un maximum de choses. Alors on a choisi la carte du road trip et de la découverte. 

On va déjà à l’Est du Québec fin Septembre. En Octobre, on va certainement aller à l’Ouest de Montréal, visiter le célèbre Parc Oméga, découvrir le Mont Tremblant et Ottawa et en Novembre pourquoi pas partir aux États-unis découvrir le Vermont, Chicago, Boston et bien sûr New York !

 

Entre tous ces petits road-trips, on sera à Montréal, dans notre nouveau Airbnb qui se situe à Villeray, en plein centre. Il y a toujours un tas d’activités à faire à Montréal. On a hâte de pouvoir en profiter et de pouvoir découvrir d’avantage cette ville magnifique. D’ailleurs si tu as des endroits à nous conseiller, n’hésite pas à nous les partager en commentaires ! 🙂

Et si jamais on change d’avis entre deux, on cherchera un appartement et un travail à partir de Décembre. 

 

 

CONFESSION ET POINT DE VUE :

Certaines personnes autour de nous pensent qu’on s’est planté, que ça serait bête d’avoir tout quitter pour finalement ne partir que quelques mois. Qu’à notre place, ils ne l’auraient jamais fait. 

Mais c’est ça le problème de beaucoup de gens aujourd’hui. Beaucoup critiquent mais peu osent vraiment. Combien sont ceux qui disent arrivés à 40 ans « j’aurais adoré faire telle ou telle chose…» mais qui ne les ont jamais faites ? Par manque de temps, d’argent ou tout simplement par peur. 

Aller au Canada, c’était un de nos rêves. Et même si on revient en France, on aura vécu  quelques mois à Montréal. On aura découvert l’Amérique du Nord, les Québécois, les paysages Canadiens, les écureuils, la poutine, la queue de castor, les crèmes molles et bordel, on aura vécu un de nos plus grand rêve et ça… ça vaut bien tous les CDI du monde ! Et une fois de plus, on rentre grandis , l’esprit encore plus ouvert et avec des souvenirs plein la tête. Alors pour nous, cette expérience, c’est tout sauf un échec.

Et puis il y a tellement d’autres choses, d’autres pays qu’on a envie de découvrir. Notamment l’Europe. Partir découvrir l’Europe en van, c’est un autre de nos rêves.

N’hésite pas à partager avec nous ton point de vue, ton expérience et à nous partager des bonnes adresses si tu es à Montréal 🙂 

 

6 réponses à « Notre arrivée au Canada : des premiers jours difficiles »

  1. Je partage votre point de vue, c’est difficile au début. Laissez vous un peu de temps et ça va se tasser 🙂 Surtout, le plus important c’est de bien en profiter et d’éviter de se prendre la tête ! Imprégnez vous de chaque moment et essayez de voir du positif dans ce que vous traversez.
    Après 2 ans et demi sur la route sans passer par la case maison, absolument aucun regret de notre côté !

    Bonne route 😉

    Ben et Ania

  2. Hello vous deux 🙂
    Comme je te disais, bonne surprise en découvrant par hasard que vous veniez de VA.
    Nous ça fait 1an et demi que nous sommes là. La famille / amie nous manque beaucoup, même si on est habitué à ne jamais les voir (le fait que je suis reporter et que je bouge tout le temps). Mais le fait de me dire “ouais je vis outre Atlantique” ça me fait quelque chose de savoir que non, je ne peux pas sauter dans un bus de nuit sur un coup de tête pour remonter dans le Nord chez mes parents.
    En tout cas, N’ÉCOUTEZ PAS LES AUTRES !
    Le PVT fait rêver. Il est énormément idéalisé. Comme le Canada d’ailleurs.
    J’aime le Québec, le Canada mais NON tout n’est pas parfait et après les premières semaines de découverte vous le verrez (même si oui, l’administration (hormis pour le csq) est rapide, les gens sont polis, pas d’incivilité, les gens sont de bonne humeur ..).

    Le principal c’est de vivre votre aventure à fond, qu’importe le nombre de mois que vous décidez de rester. Il ne faut pas se forcer, dans les 2 sens. Si vous voulez rester, faites-le. Pareil si vous souhaitez rentrer. Un PVT nous donne une limite mais personne ne vous oblige à rester les 2 ans complets. Prenez le temps de bouger, peut-être même que Montréal n’est pas la ville qui vous faut, qui sait.

    Si jamais vous avez le temps, que parler le Ch’tis vous manque (non j’déconne je parle pas ch’tis) et que ça vous dit un café, faites nous signe !
    x

  3. Comme la plupart des immigrants, il est fort probable que votre entree au Canada s’effectue a l’aeroport  international de Montreal, Pierre-Elliott- Trudeau (anciennement nomme aeroport Dorval). Mais si vous atterrissez directement a l’aeroport international Jean-Lesage a Quebec, les formalites restent les memes. A votre arrivee, vous constaterez que les formalites d’usage sont relativement simples et courtes. Ayez en main votre passeport et ceux des membres de la famille accompagnante, ainsi que le certificat d’acceptation ou de selection du Quebec, les visas delivres au prealable par les autorites canadiennes (ambassade du Canada ou bureau des visas couvrant votre pays) ou les lettres d’autorisation d’entree. A l’arrivee, les controles douaniers et l’octroi du permis de travail ou d’etudes, selon le cas, relevent des autorites canadiennes.

  4. I am not sure where you are getting your information, but good
    topic. I needs to spend some time learning much more or understanding more.
    Thanks for great info I was looking for this information for my mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *