À PROPOS

Qui es-tu et d’où viens-tu ?

Je m’appelle Myriam. J’ai 26 ans. Je suis originaire du Nord de la France, de Valenciennes pour les biloutes qui passeraient par ici 🙂 Je suis responsable communication et webmarketing.

Pourquoi avoir créé ce blog ? Et pourquoi “ESOPAL” ?

Il y a quelque temps, Max et moi avons eu une sorte de révélation suite au décès d’une personne qui nous était chère. En une journée, tout avait disparu. Il ne nous restait plus que des souvenirs. Toute la vie de cette personne tenait désormais dans un carton. C’est à ce moment qu’a eu lieu le déclic.

On a toujours plus ou moins su que la fameuse routine “métro, boulot, dodo” n’était pas faite pour nous. Désormais, nous en étions convaincu. Travailler oui mais au point de ne plus avoir de vie, non.

Comme beaucoup, nous avons tout les deux grandi dans des familles où on nous a inculqué trés jeune que si on voulait “réussir” sa vie, il fallait faire des études, avoir un boulot, gravir les échellons, acheter une maison et fonder une famille. Tout ça, bien évidemment, avant 30 ans. Mais quand est ce qu’on vit dans tout ça ? Quand est ce qu’on se sent vivant ? Qu’on repousse ses limites ?

On a tous été élevé dans le même moule et il est en réalité trés difficle d’en sortir. Nous sommes conscient que nous avons une vision des choses assez particulière et que peu de personnes la partage. Mais c’est la notre et nous en sommes plutôt fiers. Et si jamais vous passez par ici, c’est que quelque part, vous aussi vous aspirez à autre chose.

Il nous arrive trés souvent de poser deux questions à notre entourage : “Est ce que tu es heureux(se) ? Y’a t-il des choses que tu aurais aimé faire et que tu n’as jamais faites par manque de temps ou d’argent ?”. Dans 90% des cas, les personnes nous répondent qu’elles auraient aimé faire telle ou telle chose. Faire une croisière, partir à la découverte des Etats-Unis, faire un safari, faire du saut en parachute etc. Et ils terminent toujours par nous dire “J’aurai aimé le faire mais avec le boulot, les enfants et la maison, je n’ai jamais trouvé le temps”.

Nos parents nous sortent tous les jours des phrases qui nous hérissent les poils du genre, “Comment tu vas faire pour t’acheter une maison si tu ne trouves pas un CDI 35h ?” et “Il faut bien que tu travailles pour ta retraite”. Mais maman, cette maison que tu as, elle est jolie mais elle n’est pas à toi. Tu rembourses tous les mois une maison qui ne seras définitivement à toi que quand tu seras sur le point de passer l’arme à gauche. Tant qu’elle n’est pas totalement remboursée, elle ne t’appartient pas. Et la retraite ? Je te vois trimer prés de 40h chaque semaine au boulot pour quoi, hein ? Pour payer une maison qui n’est pas la tiennes et pour espérer toucher un peu plus de 850€ à la retraite ? Si ta vie te plait ainsi, alors soit. Mais ce n’est pas ce que je moi je veux. Je veux me sentir vivante, je veux découvrir d’autres cultures, d’autres peuples, je veux rester bouche-bée face à l’immensité et à la beauté de la nature, je veux juste que ma vie ait un sens. Je ne veux pas la passer derrière un bureau ou la sacrifier pour quelques poignées d’euros.

“Au final, au dernier instant de ta vie, tu partiras avec tes souvenirs. Tu ne partiras pas avec ton argent, ni même avec tes supers chaussures, ni même avec ta voiture”

J’ai toujours été attiré par les voyages sans jamais vraiment me lancer. Par peur de l’étranger, par manque d’argent, de courage peut-être. Mais aujourd’hui, tout a changé. C’est un récent voyage en Islande qui m’a ouvert les yeux sur un tas de choses et qui m’a donné l’envie de découvrir le monde et de profiter de chaque seconde. 

C’est suite à ce voyage que j’ai eu l’envie de partager tout ça avec vous. Parce que je ne peux peut-être pas tous vous emmener avec moi mais je peux au moins essayer de vous divertir et de vous faire rêver quelques minutes par ci par là. 

Et pourquoi ESOPAL (Et Si On Partait A L’aventure) ? Tout simplement parce qu’un jour, avec Max, on s’est regardé et on s’est dit “Eh ! Et si on partait à l’aventure ?”. Un mois plus tard, nous étions en Islande avec notre sac sur le dos, l’avenir devant nous et des rêves pleins la tête.

Voyages-tu seule ? 

Je ne m’imagine pas une seule seconde voyager seule. Pas par peur de l’inconnu mais parce que selon moi, les voyages sont encore plus beaux lorsqu’on les vie à deux. 

Je voyage donc toujours avec celui qui partage ma vie depuis 10 ans maintenant, Max (que vous apercevrez parfois sur les photos). À chaque fois qu’on part quelque part ensemble, qu’on rentre chez nous et qu’on raconte nos péripéties à nos amis et à notre famille, ils sont tous intéressés mais nos regards se croisent et à cet instant précis, on sait pertinemment qu’en réalité, il n’y a que nous qui comprenons réellement ce que nous avons vécu. 

Rejoins nous sur Instagram et laisse nous un petit mot, ça nous ferait chaud au coeur !